Vient ensuite la question de la prévention. Olivier Geffard, directeur de recherche de l'unité RiverLy a pour mission la surveillance chimique des milieux aquatiques, “dans l'objectif de s'assurer du maintien de la santé des écosystèmes aquatiques”. Cette surveillance repose sur la mesure des taux de micropolluants (hydrocarbures, pesticides, etc.) sur certaines zones aquatiques, à l'aide de l'étude de l'intérieur des organismes vivants dans ces zones, qui concentrent les contaminants. “Cette approche du biologique permet une meilleure caractérisation de la contamination chimique de l'eau [par rapport à une analyse du taux de polluants dans un volume d'eau]”, explique Olivier Geffard.
Body cleansing and detoxification have been referred to as an elaborate hoax used by con artists to cure nonexistent illnesses. Most doctors contend that the 'toxins' in question do not even exist.[16][17] In response, alternative medicine proponents frequently cite heavy metals or pesticides as the source of toxification, however no evidence exists that detoxification approaches have a measurable effect on these or any other chemical levels. Medical experts state that body cleansing is unnecessary as the human body is naturally capable of maintaining itself, with several organs dedicated to cleansing the blood and gut.[18]
First, let me answer the second question. What kind of emotional response is generated depends on two factors – our subconscious mental awareness and, through social learning. Our subconscious mental awareness is probably a mental reflex action that comes without learning. For eg, a young child also shows reaction to anger and shouting. This is what is inherent in us. The second thing that affects our emotions is our learning. Through social learning we are taught the meaning of love, joy, hate, anger etc and we are taught to differentiate them.
“Le mouvement One Health (“une seule santé”), initié au début des années 2000, fait suite à la recrudescence et à l'émergence de maladies infectieuses, en raison notamment de la mondialisation des échanges. Le principe [de One Health] est simple : la protection de la santé de l'Homme passe par la santé de l'animal et celle de l'ensemble des écosystèmes”, peut-on lire sur le site de l'Inrae. Alors que nous traversons une période de pandémie mondiale, comme l'explique Philippe Mauguin, PDG de l'Inrae, il est important de rappeler que 60 % des maladies infectieuses humaines proviennent du monde animal : c'est la zoonose. De plus, 70 % de ces maladies nous sont transmises par les animaux sauvages. L'objectif de cet Institut qui a vu le jour en janvier 2020, au travers de One Health, est de démontrer le lien entre la dégradation de la biodiversité et l'émergence de ces nouvelles zoonoses. Pour cela, plusieurs départements et unités de recherche de l'Inrae consacrent leurs études aux facteurs de dégradation et des pressions imposées sur l'ensemble des écosystèmes. “La problématique des conséquences directes et indirectes de différents facteurs de l'environnement sur les santés [...] est un sujet de préoccupation pour l'Inrae”, explique Thierry Caquet, Directeur Scientifique-Environnement de l'Institut.

A la question "Pensez-vous que la pandémie globale actuelle a eu comme “effet positif” de souligner l'importance de l'épidémiosurveillance ?", le spécialiste nous répond par la positive. "Effectivement, elle met en lumière cet intérêt stratégique, et j'espère que les États mettront en place des dispositifs pour accroître cette dimension-là Mais finalement, quels vont être les leviers prioritaires pour renforcer l'épidémiosurveillance ? L'autre difficulté est que nous savons montrer a posteriori l'épidémiosurveillance mais, comme pour les séismes, nous avons encore du mal à concevoir des systèmes d'alerte efficace nous permettant d'anticiper suffisamment [les futures épidémies]. J'imagine qu'il y a une conscience aujourd'hui [de cette problématique] qui est plus forte qu'hier."

Les chaînes de transmission. Au mois de mai 2020, une épidémie d'encéphalite a éclaté dans l'Ain, à cause de… fromage de chèvre. En réalité, c'est toute une chaîne de transmission entre espèces animales qui s'est établie, jusqu'aux humains. En effet, comme le montre une enquête de Santé Publique France, l'encéphalite a été causée par des tiques, qui l'ont transmis à des troupeaux de chèvres du bassin d'Oyonnax. Le virus s'est ensuite propagé chez l'Homme par la production de fromage. Ces chaînes de transmission sont fréquentes chez les maladies qui touchent les humains (certaines grippes, potentiellement le nouveau coronavirus, etc.) et la compréhension des mécanismes de transmission inter-espèces est primordiale pour aider à développer de meilleurs traitements.
Directeur de recherche à l'Institut Génétique Environnement et Protection des plantes de Rennes, Christophe Mougel étudie les phytobiomes (l'association des plantes, de leur environnement de croissance et de leur microbiote), une toute nouvelle vision de la plante en tant qu'écosystème, ou en tant que “super organisme végétal”, comme il le décrit. Les travaux de son Institut consistent à mieux comprendre le rôle des microbiotes et leurs fonctions au sein des espèces végétales. Il s'agit de décrire et de comprendre ce lien en vue notamment de développer “une agriculture de précision voire une agriculture personnalisée à l'échelle d'une exploitation”, comme l'explique M. Mougel.
Le département de Santé Animale de l'Institut, dirigé par Muriel Vayssier-Taussat, étudie les interactions entre la santé animale et humaine. “Pour préserver la santé de l'Homme, une des voies est de préserver la santé animale” explique-t-elle. Mais cette protection ne doit pas être menée n'importe comment. Ces dernières années, il a été observé que la résistance aux antibiotiques avait largement augmenté chez de nombreux animaux dû à un usage massif. Ceci contribue à l'apparition de nouveaux virus plus résistants et donc potentiellement plus facilement transmissibles à l'Homme. L'unité Génétique Animale et Biologie Intégrative, dirigée par Claire Rogel-Gaillard, se consacre à l'étude de la diversité génomique en élevage, et son lien avec les santés : “Comment sélectionner des animaux qui vont être en bonne santé [...] tout en limitant l'usage d'anti-infectieux et en réduisant l'empreinte environnementale ? Il y a en fait un lien assez fort entre la durabilité des systèmes d'élevage et la santé des Hommes et animaux de la Terre.” A l'aide de travaux sur la variabilité individuelle des réponses immunitaires (aux maladies et aux vaccins) sur les animaux d'élevage, Mme Rogel-Gaillard explique qu'il “n'existe pas d'animal complètement optimal dans toutes les conditions et dans tous les environnements [...]. Une génétique optimale dans un environnement peut ne pas être optimale dans un autre.” 
Le mouvement One Health souhaite développer des synergies qui feront – selon lui – mieux progresser les soins de santé au 21e siècle ainsi que la recherche biomédicale, tout en améliorant l'efficacité des dispositifs de santé publique, grâce notamment un à élargissement et meilleur partage des connaissances scientifiques, l'amélioration de la formation médicale et de l’efficacité des soins cliniques.

First, let me answer the second question. What kind of emotional response is generated depends on two factors – our subconscious mental awareness and, through social learning. Our subconscious mental awareness is probably a mental reflex action that comes without learning. For eg, a young child also shows reaction to anger and shouting. This is what is inherent in us. The second thing that affects our emotions is our learning. Through social learning we are taught the meaning of love, joy, hate, anger etc and we are taught to differentiate them.
I could not have left this one! Homeopathy does consider that we all have a ‘spirit like’ vital force, which animates us. And it is this spirit like vital force which gets deranged before we fall sick. Also most of the humanity believes in God. And if you believe in God, you cannot logically disbelieve the spirit within us. And since homeopaths themselves are human beings and deal with other human beings, we cannot just shun the beliefs of a large proportion of humanity. We need to work with them and on them.

This understanding of the human being is why I like Homeopathy so much. And this is the reason why Homeopathy is so different from every other system of medicine. The dominant medical school still has to realize that just as the parts of a human body can not work in isolation, they also can not fall ill in isolation. There can not be a disturbed liver or a damaged lung unless and until there is a primary disturbance which affects the person as a whole. We can not forget that every part in our body and every cell in those parts has come from a single cell. A cell which had a life force of its own. How can any one dissociate the body parts which have all come from one single cell?
Various modalities of body cleansing are currently employed, ranging from physical treatments (e.g. colon cleansing), to dietary restrictions (i.e. avoiding foods) or dietary supplements. Some variants involve the use of herbs and supplements that purportedly speed or increase the effectiveness of the process of cleansing. Several naturopathic and homeopathic preparations are also promoted for cleansing; such products are often marketed as targeting specific organs, such as fiber for the colon or juices for the kidneys.
×