2. Life-style and Social factors – Our contemporary life style is the second biggest factor for failing health of people. Increasing sedentary habits, long working hours, reduced rest hours; diet containing highly processed food, poor in fiber content and with loads of artificial colors and flavors; increased anxiety and tensions related to education, career, job, performance, etc are some of the factors that are responsible for decreasing the health status of our society at large. Coupled with environmental factors and allopathic drugs, these factors are playing havoc with our health.
The two previous health programmes from 2008-2013, and 2003-2007 generated knowledge and evidence that served as a basis for informed policymaking and further research.This included best practice, tools, and methodologies that secured benefits for both the public-health communities and citizens directly (e.g improving diagnostic tests, supporting EU countries in developing national actions plans on cancer, improving patient care).

Professor Alan Boobis OBE, Toxicologist, Division of Medicine, Imperial College London states that "The body’s own detoxification systems are remarkably sophisticated and versatile. They have to be, as the natural environment that we evolved in is hostile. It is remarkable that people are prepared to risk seriously disrupting these systems with unproven ‘detox’ diets, which could well do more harm than good."[11]
“Le mouvement One Health (“une seule santé”), initié au début des années 2000, fait suite à la recrudescence et à l'émergence de maladies infectieuses, en raison notamment de la mondialisation des échanges. Le principe [de One Health] est simple : la protection de la santé de l'Homme passe par la santé de l'animal et celle de l'ensemble des écosystèmes”, peut-on lire sur le site de l'Inrae. Alors que nous traversons une période de pandémie mondiale, comme l'explique Philippe Mauguin, PDG de l'Inrae, il est important de rappeler que 60 % des maladies infectieuses humaines proviennent du monde animal : c'est la zoonose. De plus, 70 % de ces maladies nous sont transmises par les animaux sauvages. L'objectif de cet Institut qui a vu le jour en janvier 2020, au travers de One Health, est de démontrer le lien entre la dégradation de la biodiversité et l'émergence de ces nouvelles zoonoses. Pour cela, plusieurs départements et unités de recherche de l'Inrae consacrent leurs études aux facteurs de dégradation et des pressions imposées sur l'ensemble des écosystèmes. “La problématique des conséquences directes et indirectes de différents facteurs de l'environnement sur les santés [...] est un sujet de préoccupation pour l'Inrae”, explique Thierry Caquet, Directeur Scientifique-Environnement de l'Institut.
A leader in the eradication and elimination of diseases, the Center fights six preventable diseases — Guinea worm, river blindness, trachoma, schistosomiasis, lymphatic filariasis, and malaria in Hispaniola — by using health education and simple, low-cost methods. The Center also strives to improve maternal and child health in Sudan and Nigeria and improve access to mental health care globally.
Un microbiote. Un microbiote est défini lorsqu'un ensemble de micro-organismes vit dans un écosystème précis. Par exemple, nos intestins abritent leur propre microbiote. “On parle d'une grande diversité d'espèces (bactéries, champignons, etc.) auxquelles on peut ajouter les virus. Derrière cette grande diversité d'espèces se cache une grande diversité de fonctions, relativement centrales au fonctionnement des écosystèmes” explique Christophe Mougel.
Samuel Soubeyrand, lui, est directeur de recherche de l'unité Biostatistique et Processus Spatiaux. Il pratique l'épidémiosurveillance, une méthode d'analyse mise en avant pendant la crise du SARS-CoV-2. “L'alerte sanitaire que la Chine aurait pu émettre à l'époque aurait certainement permis de déceler cette maladie émergente, désormais connue sous l'appellation de Covid-19. La bataille de la détection a été perdue”, déclare-t-il. “La gagner nous aurait permis d'anticiper l'épidémie, d'adapter les plans d'actions et de lutte sanitaire, ou encore d'initier des recherches de laboratoire spécifiques au SARS-CoV-2.” Pour détecter de manière précoce les potentielles épidémies futures, l'épidémiosurveillance repose sur deux leviers, d'après M. Soubeyrand : l'analyse des données métagénomiques des populations, et l'analyse des “autres” données, celles des réseaux sociaux, des recherches internet de symptômes, de la fréquentation des parkings hospitaliers, etc.

The Programme is implemented by means of annual work programmes agreed with countries on a number of annually defined priority actions and the criteria for funding actions under the programme. On this basis, the Consumers Health Agriculture and Food Executive Agency (Chafea) organises calls for proposals for projects and operating grants, as well as calls for joint action and tenders. Direct grants are signed with international organisations active in the area of health.
Un microbiote. Un microbiote est défini lorsqu'un ensemble de micro-organismes vit dans un écosystème précis. Par exemple, nos intestins abritent leur propre microbiote. “On parle d'une grande diversité d'espèces (bactéries, champignons, etc.) auxquelles on peut ajouter les virus. Derrière cette grande diversité d'espèces se cache une grande diversité de fonctions, relativement centrales au fonctionnement des écosystèmes” explique Christophe Mougel.
Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions ; d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence.
Le mouvement One Health souhaite développer des synergies qui feront – selon lui – mieux progresser les soins de santé au 21e siècle ainsi que la recherche biomédicale, tout en améliorant l'efficacité des dispositifs de santé publique, grâce notamment un à élargissement et meilleur partage des connaissances scientifiques, l'amélioration de la formation médicale et de l’efficacité des soins cliniques.
A la question "Pensez-vous que la pandémie globale actuelle a eu comme “effet positif” de souligner l'importance de l'épidémiosurveillance ?", le spécialiste nous répond par la positive. "Effectivement, elle met en lumière cet intérêt stratégique, et j'espère que les États mettront en place des dispositifs pour accroître cette dimension-là Mais finalement, quels vont être les leviers prioritaires pour renforcer l'épidémiosurveillance ? L'autre difficulté est que nous savons montrer a posteriori l'épidémiosurveillance mais, comme pour les séismes, nous avons encore du mal à concevoir des systèmes d'alerte efficace nous permettant d'anticiper suffisamment [les futures épidémies]. J'imagine qu'il y a une conscience aujourd'hui [de cette problématique] qui est plus forte qu'hier."
To begin with, yes! I do believe in human spirit and God too. Wait! Don’t jump to any conclusions. Not yet. There is a big question that follows this one. What do you understand by God and human spirit? Well! I don’t know if there is something ethereal like God and spirits. For me God means ‘Good Deeds’. I don’t believe there is any God in idols and churches or heaven. I believe if there is any God, he is within us. The ‘Goodness’ in you is the God you think about.  I do not know and can not know if there is a dynamic human spirit that animates us. What I know is that life itself is dynamic. And the spirit I believe in is the summary of our physical, mental, and emotional health. For me ‘human spirit’ is what a person really is, apart from what he appears to be. I believe what goes around, comes around. What you sow, is what you reap. So if there is a hell, it’s right here and if there is a heaven, it’s right here. I am not aware of my past-life or after-lives, if I had any. But I have this life to live – the life that I am aware of – and I want to live it healthily. That’s my spirit!
“Le mouvement One Health (“une seule santé”), initié au début des années 2000, fait suite à la recrudescence et à l'émergence de maladies infectieuses, en raison notamment de la mondialisation des échanges. Le principe [de One Health] est simple : la protection de la santé de l'Homme passe par la santé de l'animal et celle de l'ensemble des écosystèmes”, peut-on lire sur le site de l'Inrae. Alors que nous traversons une période de pandémie mondiale, comme l'explique Philippe Mauguin, PDG de l'Inrae, il est important de rappeler que 60 % des maladies infectieuses humaines proviennent du monde animal : c'est la zoonose. De plus, 70 % de ces maladies nous sont transmises par les animaux sauvages. L'objectif de cet Institut qui a vu le jour en janvier 2020, au travers de One Health, est de démontrer le lien entre la dégradation de la biodiversité et l'émergence de ces nouvelles zoonoses. Pour cela, plusieurs départements et unités de recherche de l'Inrae consacrent leurs études aux facteurs de dégradation et des pressions imposées sur l'ensemble des écosystèmes. “La problématique des conséquences directes et indirectes de différents facteurs de l'environnement sur les santés [...] est un sujet de préoccupation pour l'Inrae”, explique Thierry Caquet, Directeur Scientifique-Environnement de l'Institut.
Various modalities of body cleansing are currently employed, ranging from physical treatments (e.g. colon cleansing), to dietary restrictions (i.e. avoiding foods) or dietary supplements. Some variants involve the use of herbs and supplements that purportedly speed or increase the effectiveness of the process of cleansing. Several naturopathic and homeopathic preparations are also promoted for cleansing; such products are often marketed as targeting specific organs, such as fiber for the colon or juices for the kidneys.
×